LAS BARDENAS REALES

  • Créé par : 2020-06-05 19:49:36
  • Écrit par: Gilles Vincent
  • Publié dans: blog
  • Vue 458 fois
  • Commentaires
Les Bardenas est un magnifique désert espagnol qui eut ses heures de gloires sur le plan des images il y a déjà quelques années. Cédric Tassan de chez VTOPO en compagnie de sa femme Isabelle s’est rendu sur place pour un tour d’horizon.

C’est ma femme qui a eu l’idée ! Je connais les Bardenas, j’avais déjà vu de belles images, mais Isabelle a creusé le sujet et m’apporte une vision fraîche sur le sujet. Je ne suis pas personnellement free rider, je suis un pratiquant qui aime rouler, pédaler. Et l’idée de partir à deux découvrir ce far ouest européen me séduit immédiatement. Je mets en route mon carnet de d’adresse pour retrouver Benjamin Pradel. J’avais vu sur les réseaux sociaux quelques publications dans ce secteur. Benjamin est un passionné de VTT, il m’apporte une mine d’or d’informations sur le secteur. Je comprends également qu’il y a une problématique environnementale et militaire dans le secteur. Et ce sont deux choses radicalement différente. Sur le plan écologie, il y a des oiseaux, dont notamment des vautours qui viennent nicher dans une partie du désert, celui qui est par ailleurs le plus photogénique. C’est pour cela que l’activité humaine est interdite à cet endroit sur une bonne partie de l’année. Il faut attendre l’automne et l’ouverture du secteur qui change toutes les années, sans doute en fonction des oiseaux et des observations. Pour le côté militaire, c’est un centre du désert que trône une base de l’armée espagnole. Bien entendu, interdiction d’y pénétrer toute l’année, ces oiseaux là sont actifs en permanence ! Fort heureusement, le milieu de ce territoire est plat et ne présente aucun intérêt particulier pour le VTT.

>

Nous tablons sur octobre pour le départ. Même si nous comptons partir avec le van VTOPO, impossible de camper dans le parc des Bardenas, c’est interdit. Il faudra se mettre à l’extérieur. Finalement  la météo compromet ce premier plan, nous repoussons à décembre. Les températures ont bien chuté, il fait grand beau, on ne dormira pas vraiment dehors. Nous optons pour le mode classique : appartement / hôtel. Cap vers l’Espagne, le GPS indique quasiment 9h de route, nous nous relayons et finalement nous arrivons à Arguedas, petite ville située aux portes des Bardenas en fin d’après-midi, il fait encore jour. Le village est désert, presque fantomatique. La saison touristique est terminée. Nous emménageons dans un joli appartement spacieux du centre du village. Le soleil tombe dans le désert, la température plonge avec. Nous sommes fatigués, nous trouvons un bar où nous dinons sur le pouce. Direction le lit, demain, réveil à l’aube, il nous tarde de voir le désert au lever du soleil.

Le lendemain, nous entrons avec le van dans le désert par l’unique route goudronnée. Le soleil n’est pas encore levé. On se croirait vraiment dans l’ouest américain. Nous décidons dans un premier temps de faire le tour du propriétaire et des différents sites sur notre chemin. On préfère attendre que la température grimpe avant de passer la journée sur le vélo !

Petite explication détaillée des Bardenas. Nous sommes en Navarre, région du nord de l’Espagne, à proximité des Pyrénées. C’est une réserve naturelle de 42 000 hectares. Ici l’érosion a fait un travail remarquable : strates de couleurs, crêtes monolithiques, ravins, orgues… De nombreuses productions cinématographiques viennent ici pour profiter du décor naturel grandiose et tourner des films comme James Bond. Les pistes qui sillonnent le parc sont carrossables et on peut facilement circuler en voiture.

En plus de l’armée, l’agriculture joue un rôle primordial ici : culture de céréales, champs d’asperges, vignes oliviers…

Nous sommes subjugués par la beauté des lieux. Ces grandes étendues barrées par ces montagnes multicolores s’embrasent au lever du soleil. Nous trouvons une première cabane, isolée, qui donne toute la grandeur au site. Plus loin c’est le Castil de Tierra qui attire notre attention. Une cheminée de fée d’une trentaine mètres de haut trône au milieu du désert. Interdiction formelle de s’approcher trop près de cet édifice naturel si fragile. Mais il est possible de faire de belles photos de ce monument unique qui trône au milieu de la plaine. Il faut alors imaginer le volume de matériaux transporté par l’érosion pour faire apparaitre une telle sculpture. Au sommet, trône un bloc de pierre.

Nous poursuivons la visite des lieux par une autre cabane nichée entre des pentes de terres ocres puis un escarpement de grès constellés d’énormes blocs. Tout est tellement photogénique ici. Nous croisons les premiers visiteurs, touristes, randonneurs mais aussi vététistes qui sillonnent le désert. Il est temps pour nous d’attaquer notre tour de vélo. Nous avons choisir un secteur spectaculaire, vraiment le coeur des Bardenas. Par contre, ici pas question de faire du free ride, ce serait s’attirer les foudres des autorités locales. Même si il n’y a pas vraiment d’itinéraires balisés, j’ai prévu un parcours emprunté très souvent par les piétons et même les vélos. D’ailleurs nous en croisons quelques uns. Nous garons le van et démarrons au pied de superstructures naturelles. Les yeux ne savent plus où se poser. Nous suivons un sentier qui déambule de manière astucieuse parmi ce labyrinthe rocheux et terreux. Nous grimpons un petit col et descendons de l’autre dans un canyon très étroit. On semble rouler au milieu d’une église. Des piliers de terre s’élèvent vers le ciel, nous continuons et portons les vélos le long d’escaliers en ruines. Certains passages menacent de s’effondrer, il faut rester prudent et passer au plus vite. Nous atteignons une première crête d’où la vue sur l’ensemble des Bardenas est incroyable ! Une petite cabane croulante trône sur ce sommet. Nous poursuivons en direction d’une autre crête puis roulons sur le plateau sommital. Les cultures sont très proches du bord des falaises, les paysans ont optimisé un maximum leurs terres. Nous restons en limite de champ, le sentier évite soigneusement de rouler au milieu des plantations. A chaque détour, contour, nous nous arrêtons pour contempler le paysage. On en oublie presque de rouler. Plus loin un nouveau col dévoile un toboggan naturel qu’emprunte le sentier. Nous croisons quelques vélos et c’est parti pour cette descente courte mais exceptionnelle ! Pour le plaisir, nous la faisons même une seconde fois, Isabelle se régale ! Le sentier poursuit au pied d’immenses falaises, on imagine que c’est tout là-haut que doivent nicher les oiseaux en saison. Après avoir passé un dernier col, nous revenons en direction du van. Après une petite pause devant une cabane le temps d’apprécier une MuleBar, nous attendons que le soleil disparaisse pour ensuite nous précipiter en direction du seul abri ouvert dans le coin : notre véhicule. Le froid envahit le désert, alors que nous roulions en t-shirt, il faut vite mettre les vestes. De retour à Arguedas, nous nous jetons sous une douche bien chaude.

Les Bardenas sont qu’une étape de notre trip Espagne. Nous avons prévu d’y rester que 2 journées, mais on peut facilement rester plus longtemps. J’ai déniché quelques sentiers autour d’Arguedas que je veux tester ce matin avant de reprendre la route pour le pays basque. Le réveil sonne à nouveau très tôt, ce matin, c’est la matinée la plus froide que nous connaissons. Nous enfilons nos vestes, un léger vent et une humidité bien présente rend l’atmosphère glaciale. Heureusement nous sommes bien couverts. La première longue montée sur le goudron entraine une haute sensible de la température de nos corps, c’est très appréciable. Une fois au sommet, nous nous engouffrons dans un joli sentier à travers la forêt. Nous suivons des traces de motos et jouons entre les pins. Au bout, nous sommes au bord de la falaise qui domaine Arguedas. Le terrain est extrêmement friable, il est dangereux de s’approcher de ces parois de terre. La vue sur le village est splendide. Nous poursuivons cette jolie descente joueuse jusque dans les ruelles de la petite cité. De là, nous pédalons au pied de la falaise et rejoignons les maisons troglodytes. Ici les habitats étaient encore occupés dans les années 50. Même si d’extérieur, les grottes semblent très basiques, à l’intérieur on retrouve des bancs maçonnais, des murs peints à la chaux blanche, des enduits de couleur, des éviers et même des vieilles cuisinières ! Fascinant.

Nous terminons notre séjour dans les Bardenas par cette note culturelle et prenons la direction du pays basque espagnol. C’est sur, l’Espagne possède de magnifiques trésors !

laissez un commentaire

107 Commentaires

  • Comment Link 2020-06-10 18:32:18 Posté par Gilles

    Joli !

  • Comment Link 2020-06-13 00:52:15 Posté par OLPDNXqvzpY

    HjTIlvPQMJSx

  • Comment Link 2020-06-13 00:52:17 Posté par kFVzoWfyXAgw

    VETjtNSWBgIfyxAr

1 to 3 of 107 Item(s)

Page :
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
  11. 11
  12. 12
  13. 13
  14. 14
  15. 15
  16. 16
  17. 17
  18. 18
  19. 19
  20. 20
  21. 21
  22. 22
  23. 23
  24. 24
  25. 25
  26. 26
  27. 27
  28. 28
  29. 29
  30. 30
  31. 31
  32. 32
  33. 33
  34. 34
  35. 35
  36. 36
Assurez-vous de saisir les informations obligatoires (*) à l'endroit indiqué. Le code HTML n'est pas autorisé.