Voyager avec son vélo !

Vous pouvez le suivre sur mon compte Instagram en ce moment, j'ai la chance d'être sur la fabuleuse île portugaise de Madère, pour un Trip VTT inédit.

Il reste quelques destinations de rêve envisageables en Europe comme les Canaries et bien d'autres qui ne nécessitent pas de prendre l'avion. Ce Tuto s'adresse aussi à ceux qui voudraient venir rouler au soleil dans le Sud d'un simple coup de TGV !

Et si vous avez toujours en tête les housses à vélo de l'époque qui n'étaient que de vulgaires couvertures zippées, vous allez être surpris.

TRANSPORTER SON VÉLO EN AVION OU EN TRAIN

Il va falloir protéger et présenter votre vélo d'une manière adaptée afin qu'il puisse embarquer avec vous. En train, c'est moins une question réglementaire que pratique mais vous verrez que ces conseils vont rendre votre voyage 10 fois plus agréable.

Choisir une housse

Optez pour une vraie housse de vélo. N’allez pas le mettre dans des cartons avec du scotch comme on peut le voir parfois dans les aéroports. Franchement étant donné le prix de votre vélo, trouvez lui de la bagageie adaptée ou louez en un sur place. Pour un trip pas particulièrement technique, certains envisageront arrivés à destination d'en acheter un qui pourra être revendu ou donné à la population locale. De la même façon, si vous ne faites qu’un voyage dans votre vie, vous pourrez très bien revendre votre housse ensuite, ça se fait plutôt bien et vous pouvez d’ailleurs acheter la votre ainsi !

On vous conseil les housses de la marque Evoc, ce sont des produits qu’on utilise régulièrement dans nos voyages, elles sont particulièrement résistantes et bien pensées. Vous les trouverez en catalogue de 300 à 600 €, nous avons le haut de gamme car nous voyageons beaucoup, mais même en entrée de gamme ces housses sont top.

Une housse de qualité

Ce qui change tout, ce sont les compartiments ! Une large et solide fermeture éclaire donne accès à l'espace principal, tandis que vos roues bénéficierons d'un logement isolé de chaque côté. Fini les poignées de frein dans les rayons. Spécificité Evoc, une protection à installer sur votre cadre est fournie ainsi qu'un module rigide la plupart du temps qui permet d'installer la base arrière. Une pochette outillage est également prévue, nous y gardons précieusement une clé à pédales. Finissons avec une série d'attaches et de scratch qui vous permettra de tenir votre vélo parfaitement en place.

Démontage du vélo

Première étape, on démonte les pédales, avec une grosse clé Allen en passant par l’arrière ou de façon plus classique avec une clé à pédale ou une simple clé plate. Souvenez-vous que l'on dévisse toujours dans le sens inverse du pédalage.

Puis on démonte les roues. Petit remarque, nous apprécions utiliser le multi-outil de chez Blackburn car les clés son détachables ; ça permet d’avoir des outils très performants, surtout lorsqu'on a besoin d'un peu de force et précision. On peut ainsi aller jusqu’au fond, être au plus près de l'axe et d’éviter de tout foirer. L'idéal est de stocker les axes à leurs emplacements initiaux pour de ne pas les oublier à la maison. De la même façon, en cas d’ouverture du sac pour un contrôle à l’aéroport et aux frontières éventuelles, ce sont toujours moins d’éléments libres à perdre dans le feu de l'action…

L'élément le plus exposé est le dérailleur, dont on ne peut éviter le démontage. Puis, vient la phase la plus pénible selon nous, c’est de détacher le cintre. Une fois le guidon enlevé, comme pour les axes de roues, il est judicieux de remettre en place la potence complètement pour éviter d'en perdre les vis pendant le transport.

On dévisse finalement la tige de selle que l'on abaisse doucement en tirant sur la commande pour accompagner si on a une selle réglable à distance.

Calage du vélo

On retrouve à cette étape la fameuse protection amovible dont on a parlé dans la présentation de la housse Evoc. Le guidon vient se positionner dessus avec son extrémité entre les plongeurs de la fourche.
Il nous reste plus qu’à sécuriser le tout avec les différentes sangles pour le cadre, le guidon et la fourche qui ne bougeront pas quelque soient les positions dans lesquels ils se retrouveront pendant le voyage ! N’oubliez pas de glisser les roues dans leurs compartiments.

Conseils pour les roues

Sacher qu’il n’est pas obligatoire de démonter les disques avec les housses Evoc, c’est prévu pour.
Les compagnies aériennes demandent de complètement dégonfler les roues et comme on est pratiquement tous en tubeless, ça peut être galère si le pneu se déclips. Il est important de les dégonfler fortement, le risque est que cela explose en soute car cette partie de l'avion n'est pas pressurisée contrairement à la cabine. À vous d'apprécier une quantité minimale raisonnable à garder.

Pour ceux qui se poseraient la question des suspensions, pas de risque, car l’air étant emprisonné dans une cavité rigide, qui ne se déforme pas en fonction de la pression extérieure, la problématique est différente. Cependant, les cartouches de CO2 en cas de crevaison ne sont généralement pas acceptées par les compagnies.

Peser son bagage

La plupart du temps vous aurez le droit à 23 kilos, gardez en tête la sacro-sainte limite des 32 kilos que vous pourrez atteindre avec un supplément mais pas dépasser pour préserver le dos des manutentionnaires. Afin d'éviter le stress de la pesée à l'enregistrement et d'avoir à dispatcher ses affaires en urgence sous les yeux moqueurs des autres passagers, on vous conseille de peser l'ensemble de vos bagages au calme, à la maison. Vous pouvez procéder avec un pèse personne classique, en vous pensant avec et sans votre matériel, ou avec un pèse bagage électronique pour plus de précision. Autre avantage, vous pourrez l'emporter avec vous pour contrôler si vous n'avez pas acheté trop de souvenirs avant votre vol retour...

Pour les vélo électriques c’est là que le bât blesse, il est vite fait de dépasser la limite, sans compter que les conditions de transport de batterie sont très strictes en avion. Reste alors la possibilité d’envoyer séparément l'accu ou d’en louer un sur place si on tient vraiment à rouler sur son propre vélo avec ses réglages perso. Pour finir, pensez à vérifier vos chargeurs selon où vous allez, le réseau électrique et les prises peuvent être différents…

Si jamais il vous reste de la place, complétez avec quelques effets personnels afin de décharger votre baguage en cabine dans la limite du raisonnable. Vous n’êtes pas sensé transporter autre chose que votre vélo mais il est souvent possible de faire valoir que chaussures, casque et protections en font partie.

Derniers conseils

Ce bagage est considéré comme un bagage spécial équipement sportif pour les compagnies ariennes, vous aurez peut être besoin de payer un supplément s'il n'est pas accepté dans la franchise bagage à la place d’une valise classique. Pensez à bien regarder les conditions de transport en préparant votre voyage.

Certaines compagnies requièrent aussi que vous leur demandez une autorisation spéciale au préalable, prenez garde de ne pas arriver à l’enregistrement et vous voir refuser le transport de votre vélo.

Enfin, vous aurez probablement à déposer votre housse à vélo au tapis "hors format" après avoir récupéré votre carte d'embarquement. Il se situe souvent au bout des comptoirs classiques mais peut être à un endroit bien plus saugrenu selon les pays, faites le vous indiquer par le personnel d’enregistrement.

Cet e-mail n'a pas été sponsorisé par Evoc, néanmoins, si vous achetez une housse via un de ces liens vous nous donnerez un petit coup de pouce ! N'hésitez-pas non plus à nous posez vos questions à propos de notre voyage en temps de pandémie, sur la page Facebook VTOPO ou le compte Instagram @cedrictassan83.

DÉCOUVRIR LES TOPO-GUIDES TRIP VTT